Editeur de beaux livres rares Reliure en cuir

L’éditeur d'art Jean de Bonnot perpétue la tradition des beaux livres reliés plein cuir, tranches de têtes dorées, faits de bon papier vergé et filigrané.

Les collections signées Jean de Bonnot font le bonheur des bibliophiles et des amateurs d’ouvrages parfois épuisés ou très anciens, réédités dans les règles de l’art. Chaque volume est unique, avec des décors aux fers gravés et ciselés à la main, des gravures d’époque, des signets, tranchefiles, culs de lampes originaux...

Un Jean de Bonnot, c’est aussi le plaisir de lire retrouvé.

 

Rejoignez-nous sur

Twitter Facebook


Ou rechercher ...




Vous trouverez tous les livres de
Jean de Bonnot, en vente directe,
dans sa galerie d’exposition, au
22 rue Chapon Paris 3ème, en plein
cœur du Marais, entre les métros
Rambuteau et Arts et Métiers.

Les horaires d'ouverture
sont les suivants :
- 9 heures à 12h30 et
13h30 à 17 heures 
du  lundi au vendredi

Nous vous souhaitons une agréable visite et de bonnes lectures.

Bibliothèque Jean de Bonnot


Si vous rencontrez le moindre 
problème, n'hésitez pas à nous
contacter au 01.42.65.44.71.

Marguerite, reine de Navarre


Biographie : Marguerite d'Angoulême, reine de Navarre, la première des trois Marguerites du XVIe siècle, fut aussi la première en savoir et en vertus. "Elle en savait plus que son pain quotidien", disait Brantôme et Marot : "En chasteté elle excède Lucresse."

Très instruite, très cultivée, sachant dès son enfance le latin, l'italien, l'espagnol et, plus tard, l'hébreu et le grec, Marguerite d'Angoulême fut d'abord mariée à Charles, duc l'Alençon, prince ignorant, sans esprit, qui mourut après avoir abandonné le roi à Pavie. Elle épousa en 1527 le jeune roi de Navarre, Henri d'Albret, brillant soldat, brillant causeur qui, même marié, causa avec plus d'une.

Marguerite, reine de Navarre, continua d'écrire et ses poésies furent imprimées en 1547 sous ce titre charmant : Les Marguerites de la Marguerite des Princesses.

Henri d'Albret lui donna une fille, Jeanne, qui sera la mère d'Henri IV. Des soucis, elle en eut de toute sorte et, pour y échapper, elle se mit à écrire des contes, à l'exemple de Boccace ou des Cent Nouvelles Nouvelles. Ce nombre de cent plaisait, mais la mort de voulut pas que la reine terminât la centaine. La plume lui tomba des mains après le dixième écrit de la septième journée et nous eûmes un Heptaméron.

On peut dire que les récits de la reine de Navarre sentent l'humanité, odeur dont on s'étonne qu'elle soit parfois si rude, même chez des gentilshommes, dans une cour brillante, où l'amour courtois était en vigueur.

Principale oeuvre : L'Heptaméron.


Voir les livres de l'auteur
 

VirtueMart Shopping Cart


Votre panier est actuellement vide.

Mon compte






Newsletter




Sondage

Recevez-vous lisiblement et correctement nos newsletter